septembre 22, 2014
"Il n’y a pas seulement l’arrachement d’un endroit où l’on a ses racines. Il y a aussi l’exil du temps, qui n’est pas moins puissant. On peut toujours retourner en Haïti après le départ du dictateur. Mais peut on retourner dans son enfance ? Quelquefois on est exilé du jour d’avant, de ce qu’on a pas fait, ou pas vu, ou pas su voir. C’est une douleur fugace dont on se nourrit."

— Dany Laferrière - L’immortel de Port au Prince

août 25, 2014
"Shakespeare : rendez-vous d’une rose et d’une hache…"

Emil Cioran - Syllogismes de l’amertume

juin 20, 2014
"Si Molière se fût replié sur ses gouffres, Pascal - avec les siens - eût fait figure de journaliste."

— Emil Cioran - Syllogismes de l’amertume

juin 19, 2014
"Tant de pages, tant de livres qui furent nos sources d’émotions, et que nous relisons pour y étudier la qualité des adverbes ou la propriété des adjectifs !"

— Emil Cioran - Syllogismes de l’amertume

juin 13, 2014
"Chaque artiste véritable est traître à ses prédécesseurs"

— Emil Cioran - Précis de décomposition

4:30pm  |   URL: http://tmblr.co/Zpwi2y1Ib3NEx
  
Classé dans: lecture littérature Arts 
juin 12, 2014
"Les valeurs ne s’accumulent point : une génération n’apporte du nouveau qu’en piétinant ce qu’il y avait d’unique dans la génération précédente."

— Emil Cioran - Précis de décomposition

mai 4, 2014
karamazove:

Francoise Sagan by Jeanloup Sieff 1956

karamazove:

Francoise Sagan by Jeanloup Sieff 1956

(via heraldbandini)

4:30pm  |   URL: http://tmblr.co/Zpwi2y1EvhxEW
  
Classé dans: photo littérature 
mai 2, 2014
"Est perdu celui qui n’a plus de larmes pour la musique, qui ne vit encore du souvenir de celles qu’il a versées"

— Emil Cioran - Précis de décomposition

mai 1, 2014
"Trop sollicités, les sentiments s’usent et se dégradent, en premier lieu l’admiration"

— Emil Cioran - Précis de décomposition

avril 30, 2014
"Le poète serait un transfuge odieux du réel si dans sa fuite il n’emportait pas son malheur."

— Emil Cioran - Précis de décomposition

Mes coups de cœur Tumblr: Plus de coups de cœur... »